L'endométriose chez les utilisatrices de tampons - Blogue Soje
L’endométriose chez les utilisatrices de tampons

L’endométriose chez les utilisatrices de tampons

De plus en plus de recherches démontrent une réelle corrélation entre l’utilisation des tampons et l’endométriose. L'endométriose est une maladie répandue, causant l’infertilité chez la femme. Alors, pourquoi n’en entendons-nous pas parler?


L’endométriose? Qu’est-ce que c’est?

L’endométriose est une maladie gynécologique inflammatoire chronique. Elle concerne une femme sur dix en âge de procréer. La maladie provient d’un dysfonctionnement de l’endomètre, qui est la muqueuse présente sur les parois internes de l’utérus.

Normalement, durant les règles, la muqueuse utérine est censée être évacuée de façon naturelle. Chez les femmes souffrant d’endométriose, certains tissus de cellules endométriales ne sont pas évacués et peuvent se loger dans d’autres organes comme le vagin, les ovaires, la vessie, et même dans les parois de l’intestin!

Comme l’endomètre, ces cellules réagissent aux hormones, et se décomposent au moment des règles. Mais dans le cas où le sang menstruel n’est pas expulsé, elles finissent par stagner. Ces saignements non évacués provoquent alors des réactions inflammatoires engendrant des lésions, comme des kystes ou des nodules. Les menstruations deviennent alors extrêmement douloureuses.

 

Pourquoi les tampons peuvent être responsables de l’endométriose?

Les tampons contiennent de la dioxine, une molécule toxique servant de blanchisseur industriel. D’après plusieurs études, cette molécule serait directement liée au développement de cette maladie répandue. La dioxine est un puissant perturbateur endocrinien, et son utilisation est aussi bien nocive pour la santé que pour l’environnement. Lors de l’utilisation de tampons, la muqueuse du vagin absorbe cette molécule favorisant le développement de cette maladie. Une étude menée par Louvain Centre for Toxicology and Applied Pharmacology (LTAP) a également montré que chez les patientes atteintes d’endométriose, le taux de dioxine dans le sang était particulièrement élevé.

 

Le silence des industriels du tampon hygiénique

Il est choquant de voir le manque de communication et d’information à ce sujet. La vaste majorité des utilisatrices de ce type de solutions n’a pas conscience du danger qu’elles représentent. Il y a quelques années, je n’avais moi-même aucune idée de l’impact des tampons sur ma santé. Malheureusement, notre société considère encore les règles comme un sujet tabou, et les ressources sur le sujet restent trop peu nombreuses, sans parler de l’accessibilité à ces dernières.

Regardez au dos de vos paquets de tampons : vous constaterez qu’aucune composition n’est citée. C’est en menant des recherches reliées à la création de mon entreprise que j’ai pris conscience de l’impact de ce produit essentiel sur ma santé. Le documentaire choc “Tampon, notre ennemi intime” devrait, à l’instar d’une notice d’utilisation, être vu par toutes les consommatrices. Il est grand temps de changer nos habitudes de consommation, et de se tourner vers des solutions hygiéniques externes, comme les culottes menstruelles.

 

Katherina Piché, fondatrice de Soje


À ne pas manquer :